En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord
Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche
 

Vaccinations

illustration de l'actualité :

LES VACCINATIONS /   que faut-il savoir ?

 

La pénétration d’un agent pathogène (virus, bactérie…) dans l’organisme entraine une infection qui peut être bénigne, grave ou parfois mortelle.

La vaccination vise à supprimer ou diminuer le développement de cette infection et aide le corps à se défendre.

      I.        Comment ça fonctionne  ?

Le principe de la vaccination est de permettre à un individu de développer une protection spécifique vis-à-vis d’un agent infectieux, avant toute exposition à cet agent.

Les agents infectieux sont dangereux par leurs composants (antigène sur leur membrane, par exemple) ou par production d’une toxine.

Le vaccin contient soit une forme atténuée de l’agent infectieux visé, soit une forme désactivée, soit une partie de la toxine. Lorsque l’organisme rencontrera l’agent infectieux naturel, il le reconnaitra immédiatement et le neutralisera grâce à ces anticorps préalablement fabriqués avant que la maladie ne se développe.

A l’échelle d’une population, la vaccination a permis d’éradiquer certaines maladies.

    II.        Réglementation  :

Le calendrier vaccinal est fixé chaque année par les autorités compétentes.

Site utile : http://vaccination-info-service.fr/

 

Selon les professions, certains vaccins sont obligatoires.

 

VACCIN CONTRE L’HÉPATITE B  :

Il est obligatoire pour toutes les professions de soins et étudiants se destinant à une profession de soins.

Il est recommandé pour les personnes susceptibles d’être en contact avec du sang ou du liquide biologique dans le cadre de leur profession :  police, gendarmerie, pompiers mais aussi secouriste, tatoueurs, éboueurs …

L’hépatite B est une maladie du foie causée par un virus (le VHB) qui se transmet par les relations sexuelles ou le contact avec du sang infecté. C’est une maladie potentiellement grave : le VHB attaque le foie. Il peut provoquer des cirrhoses, des cancers et parfois la mort (hépatite fulminante). 350 millions de personnes sont atteintes d’hépatite B chronique dans le monde.

C’est la 2ème cause de cancer dans le monde après le tabac

C’est la MST (maladie sexuellement transmissible) la plus répandue de la planète et la plus

meurtrière

Ce virus est extrêmement contagieux (10 fois + que le virus de l’hépatite C / 100 fois + que le virus du SIDA). Il est aussi plus résistant et n’est pas détruit par l’alcool et l’éther. Il peut survivre jusqu’à 7 j à l’air libre.

Il se transmet par contact avec le sang et les liquides biologiques.

 

 IL EXISTE UN SEUL MOYEN DE S’EN PROTEGER  : LE VACCIN

Il se fait en 2 injections à un mois d’intervalle, suivi d’un rappel 6 mois plus tard. On vérifie l’acquisition de l’immunité par une prise de sang (apparition d’anticorps spécifiques). C’est une protection durable et efficace (95 %).

Le taux de couverture est en baisse actuellement en raison de la polémique. Des études approfondies (études cas-témoins) ont été réalisées depuis 2003. Il n’y a pas eu d’augmentation d’incidence de la SEP en France alors que 29 millions de personnes ont été vaccinées (vaccination massive entre 1992 et 1997).

Les experts de l’OMS ont conclu que les bénéfices du vaccin étaient réels. Ils recommandent de vacciner les nourrissons, les groupes à risques et les professions de santé.

 

VACCIN CONTRE L’HÉPATITE A  :

 La vaccination contre l’hépatite A est recommandée pour les personnels exposés professionnellement à un risque de contamination : personnels de la petite enfance, en particulier s’occupant d’enfants n’ayant pas atteint l’âge de la propreté (crèches, assistants maternels...), personnels des structures collectives d’accueil pour personnes handicapées, personnels  chargés du traitement des eaux usées et des égouts.

Elle est également recommandée pour les professionnels impliqués dans la préparation alimentaire en restauration collective.

Le vaccin se fait en 2 injections.

 

Le virus de l’hépatite A est présent partout dans le monde. L’homme est le seul réservoir du virus.

La contamination se fait par l’intermédiaire des mains, des aliments ou des eaux contaminées par des matières fécales.

L’hépatite A se manifeste par un syndrome pseudo-grippal, des douleurs abdominales et une fatigue intense. Elle guérit spontanément en quelques semaines mais la fatigue peut persister plusieurs mois.

La meilleure prévention reste le respect des règles d’hygiène : lavage régulier des mains à l’eau et au savon (ou à défaut, un soluté hydroalcoolique), règles alimentaires dans certains pays (eau encapsulée, bien faire cuire les aliments, utiliser de l’eau bouillie pour la cuisine…).

 

VACCIN ROR  :

Il protège contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Les cas de rougeole sont en recrudescence ces dernières années et peuvent entrainer des complications graves, voire le décès. La mise à jour de sa vaccination est indispensable.

2 doses sont efficaces et suffisent à se protéger ! Il est contre-indiqué pendant la grossesse (virus vivant atténué).

Plus d’info sur la rougeole 

Ce vaccin est recommandé pour le personnel de santé et ceux travaillant avec la petite enfance (crèche, garderie, école…).


VACCIN contre la coqueluche :

Il est recommandé pour toutes les professions de santé, le personnel travaillant avec les nourrissons âgés de moins de 6 mois, les étudiants des filières médicales et paramédicales, les professionnels de la petite enfance.

Il s’injecte en même temps que le vaccin DTP (diphtérie, tétanos, polio).

 

VACCIN contre la leptospirose  :

La leptospirose est couramment appelée « maladie des rats ».

Elle est due à une bactérie (leptospire) présente dans les reins des rongeurs et éliminée dans les urines de ces rongeurs. La bactérie survit jusqu’à 6 mois dans les eaux contaminées. Elle pénètre dans l’organisme par les plaies, écorchures, le nez, la bouche.

La forme la plus grave de la maladie est la leptospirose ictéro-hemorragique.

Le respect des règles d’hygiène, le port des EPI adaptés restent la meilleure protection.

Selon les cas, le vaccin peut être proposé :

Pour les professionnels en contact avec des lieux potentiellement infestés par les rongeurs :

-       pisciculture en eau douce,

-       curage ou entretien des canaux, étangs, lacs, rivières

-       travail dans les égouts et les stations d’épuration

-       activités en eau douce : garde-pêche, plongeurs professionnels, pêcheurs professionnels

  • Partager :
Retourner en haut de la page